Newsletter
Inscription à la newsletter
Newsletter

Installez le plugin Flash9 pour voir l'animation

sextoys

Jeux pour adulte

Art érotique

  Inscrivez vous à notre flux RSS







Banniere 468x60Découvrez notre partenaireBanniere 468x60
Blog Galeries des artistes » Galeries des artistes » Sandokan
Récits érotiques

Sandokan : l’érotisme, couleur pastel

 

Sandokan a 45 et vit à Montpellier. Cet artiste amateur se définit comme un boulimique du dessin.  Sandokan : l’érotisme, couleur pastel

Toute la journée, il croque ! Il croque des femmes, belles et pulpeuses. Sa passion est également une thérapie contre le stress.  Tout le monde y trouve son compte. Lui et la sécu !

 

Il peint, il  croque, il dessine, il peint et croque encore… Jusqu’à 4 ou 5 heures par jour. Pour Sandokan, c’est bien plus qu’une passion, c’est une drogue. 

 

Il dessine chez lui, dans les bars, à son bureau (il travaille dans le secteur médical et commercialise divers appareillages), il dessine dès qu’il a un petit moment devant lui.

 

Sandokan est né au Liban. Il est arrivé en France en 1979.  Il a commencé à peindre comme thérapie : «  J’ai commencé le dessins à une époque où j’étais très stressé et cela m’(a aidé à me libérer de ce stress. Finalement, j’ai fait faire des économies de Lexomil à la sécu. »

 

Pastel, fusain, acrylique… Sandokan peint surtout des femmes. Ils les adorent. Ils les préfèrent plutôt pulpeuses avec des formes et des courbes. Son style ? Lara Croft, Monica Belluci, Marylin Monroe…

Il aime la peau des femmes, la lumière qui glisse comme une caresse sur cette peau.

 

L’érotisme est pour Sandokan une agréable et inépuisable source d’inspiration. Et l’inspiration, il la trouve partout, dans la rue, dans les revues, les livres, etc. Sandokan : l’érotisme, couleur pastel

 

Pour lui, c’est comme un réflexe. Dès qu’il se trouve dans une situation prête à nourrir son imaginaire, il sort son carnet,  dégaine ses crayons et… tire ses traits ! Puis, il offre ses dessins à celles qui l’ont fait voyager dans un univers imaginaire. Sandokan est boulimique. 

 

Sa femme, qui lui sert parfois de modèle, n’est pas jalouse du moment que les maîtresses de Sandokan restent de papier et de crayon.

 

Voilà un artiste à découvrir. Il se prétend totalement amateur et en dehors de l’érotisme, il s’intéresse aussi, par l’intermédiaire de ses crayons, à la danse,  au flamenco, au tango et au portrait.

 

Vous pourrez découvrir une partie de ses œuvres sur son blog : http://sandokan.canalblog.com
 

Aucune Ressource trouvée.