Newsletter
Inscription à la newsletter
Newsletter

Installez le plugin Flash9 pour voir l'animation

sextoys

Jeux pour adulte

Art érotique

  Inscrivez vous à notre flux RSS







Banniere 468x60Découvrez notre partenaireBanniere 468x60
Blog Galeries des artistes » Galeries des artistes » Claude Bard, fondateur de la librairie La Musardine
Récits érotiques

Claude Bard, fondateur de la librairie La Musardine

 

Aujourd’hui,  la librairie de la Musardine est une adresse incontournable pour tous ceux qui apprécient la littérature érotique et pornographique, la BD pour adultes et, d’une manière générale,  pour tous les ouvrages qui touchent à la sexualité.  La Musardine est également une maison d’éditions. Elle a été fondée en 1995 par Claude Bard.

 

Neoplaisir : Comment est née la Musardine ?  Claude Bard, fondateur de la librairie La Musardine

Claude Bard : Je travaillais déjà dans le monde de l’édition et dans celui de la littérature érotique et pornographique et ce, depuis 1983. C’est moi qui dirigeais la collection Média 1000 à l’époque où cette collection appartenait au groupe Hachette. En 1994, Hachette a voulu se séparer de cette collection, sans doute parce qu’elle n’était pas très conforme à son image. J’ai tout simplement racheté Média 1000, et nous sommes venus nous installer ici, rue du Chemin Vert. Nous avons donc poursuivi la même activité et en 1995, en plus de l’édition, nous avons également créé la librairie.

 

Pour être plus en contact avec vos lecteurs ?

L’idée était de Sophie Rongieras. C’est elle qui a eu un rôle très important dans la création de la librairie. C’était un projet qui lui tenait à cœur d’autant plus que nous avions à la rue du Chemin Vert,  les locaux d’une ancienne boutique pour la créer. C’était donc à la fois pour un côté pratique et  vendre nos publications, et aussi pour nous rapprocher de nos lecteurs et créer un espace dynamique entre l’édition, les auteurs et la vente.

 

Le marché de la littérature érotique et pornographique se porte t-il bien ? Claude Bard, fondateur de la librairie La Musardine

Depuis 10 ans, nous constatons une baisse au niveau de vente. Je crois que la tendance est générale. Tous les éditeurs font le même constat, même en dehors du monde de l’érotisme. Il y a la concurrence des films, de la vidéo, d’Internet. Les gens consomment plus d’images et moins d’écrits. Paradoxalement, les gens écrivent beaucoup plus comme on a pu le voir avec le Minitel et maintenant, avec les sites Internet et les blogs. Ils écrivent sur tous les sujets et l’écrit érotique n’y échappe pas. Ils racontent leurs fantasmes, leurs désirs, leurs expériences amoureuses… On voit bien qu’il y a un désir de s’exprimer et Internet libère les gens des contraintes du livre. Peu importe les erreurs de style, les mots, les fautes de grammaire… On a envie de le dire et on le fait.

 

Quels sont les livres qui se vendent le mieux ?

De nos jours, ce qui marche très bien, ce sont les livres généralistes et pratiques qui traitent de la sexualité.  La collection « Osez » avec des thèmes autour de la fellation, du SM, du bondage, de la fessée, de l’échangisme… Cette collection marche très bien. Nous avons constaté aussi une bonne progression au niveau de la BD pour adultes. Il y a aussi les livres qui parlent de sexe avec humour, comme Elsa Linux par exemple. Puis, nous avons quelques auteurs de romans qui sont maintenant reconnus dans le monde de la littérature et qui ont leurs fidèles lecteurs. Je pense à Esparbec, évidemment, qui reste le numéro 1 de nos ventes !

 

Esparbec qui est à vos côtés depuis les débuts de la Musardine ?

Oui,  Esparbec est un peu le symbole de la Musardine ! Il était déjà avec moi pour diriger la collection Média 1000 chez Hachette.  Son livre, la Pharmacienne, est le plus beau succès de nos ventes. Il y a aussi la collection des 49 ouvrages de la série Darling qui s’est très bien vendue.  Aujourd’hui Esparbec  côtoie des noms comme Régine Desforge dans les rayons de la Fnac ou d’autres grandes librairies.

 

La Musardine en tant que maison d’éditions, c’est combien de collections ? Claude Bard, fondateur de la librairie La Musardine

Il y a donc les Média 1000 avec les Interdits et les Confession. Les éditions Sabine Fournier qui appartiennent aussi à la Musardine, la collection la Musardine et enfin, les éditions Dynamite qui, elles, sont réservées à la BD pour adultes. En tout, nous publions plus d’une centaine de titres par an. Quand à la librairie, c’est plusieurs milliers d’ouvrages qui sont proposés chaque années aux lecteurs puisque toutes les grandes maisons d’éditions y sont présentes : Les éditions du Cercle, les éditions Blanche, etc.

 

Vous recevez beaucoup de manuscrits ?

Oui, énormément. Un à deux par jour, en moyenne. Dans le lot, il y a beaucoup de déchets mais on sent qu’il y a des tas de gens qui ont envie de raconter leurs expériences sexuelles ou de se libérer d’une expérience particulière. Des femmes, des hommes…

 

Qui sont les clients de lectures érotiques et pornographiques ?

Une majorité d’hommes, c’est certain. Surtout en ce qui concerne la BD pour adultes. Mais nous voyons de plus en plus de gens venir en couple à la librairie pour choisir des ouvrages. Les femmes aussi sont de plus en plus nombreuses. Et elles ne se limitent pas aux récits les plus soft. Esparbec, par exemple, a beaucoup de fidèles lectrices…

 

La Musardine : 122, rue du Chemin Vert 75022 Paris. Tél. : 01 48 29 48 58. http://www.lamusardine.com

Aucune Ressource trouvée.