Newsletter
Inscription à la newsletter
Newsletter

Installez le plugin Flash9 pour voir l'animation

sextoys

Jeux pour adulte

Art érotique

  Inscrivez vous à notre flux RSS







Banniere 468x60Découvrez notre partenaireBanniere 468x60
Blog Galeries des artistes » Comme un bijou dans son écrin
10.03.2008 08:05:25
Comme un bijou dans son écrin

Quand je disais que l’échange amoureux est une question de rencontre, bonne ou moins bonne, entre deux personnes, je ne disais pas que des bêtises … et en même temps, c’est aussi un peu faux ! Mais lisez plutôt :

 

Samedi 28 avril … Vous arrivez à la maison, où je vous attends avec Fanny avant que nous partions à notre soirée organisée au Quai 17. Comme à chacune de nos retrouvailles ( rares mais si pleines de tout ce que je peux apprécier dans ce genre de relation ), nous nous jetons dans les bras l’une de l’autre. Et que je te papouille, et que je te regarde droit dans les yeux, et que tu me re papouilles, et que tu me re regardes droit dans les yeux … Nous partons enfin ! Tu m’avais prévenue qu’une sorte de rhume, voire d’angine, te guettait ardemment, mais que tu ferais tout pour être en forme ce jour-là ! Le fait est, je te trouve si resplendissante que j’en oublie cette information confiée quelques jours plus tôt !

 

Notre soirée se déroule … et les danses quant à elles s’enchaînent les unes après les autres ! La barre, comme d’habitude, me fait de l’œil ! Je me laisse charmer et monte sur le podium. Je te tends la main, et tu n’hésites pas, à moins que je ne me trompe …, à venir m’y rejoindre. Nous reprenons une barre-dance commencée au Shaker, quelques mois auparavant et comme lors de cette première fois, nos corps, nos gestes s’embriquent comme les bonnes pièces d’un puzzle !

 

Dans les yeux des spectateurs, hommes et femmes confondus, je lis bien que ce spectacle est un don de nous que nous leur offrons. Pour autant, ce qui m’importe, loin d’être ces yeux sur nous, c’est nous ! C’est cette complicité qui aura été spontanément grandissante, c’est cette ressemblance dans notre fonctionnement qui ne pouvait que nous rapprocher. Mais tu fatigues … et vous rejoindrez votre couche improvisée bien avant moi !

 

Dimanche 29 avril … Petit déj’ philosophique au café d’en bas où je vous ai rejoints … et cette aiguille des heures qui trottent, inépuisable elle aussi, sur le cadran de ma montre ! Je n’ai pas envie de vous vois partir si tôt, comme ça … Pour une fois que nous arrivons à nous poser ensemble, je souhaite arrêter les pas de cette satanée aiguille ! C’est alors que je vous propose, si aucune obligation ne vous retenait dans cette journée, de venir faire un sauna hammam avec nous ! Regards échangés entre vous deux … Accord spontané de l’un … Hésitation de l’autre qui a peur à cause justement de ce rhume ! Ah oui ! Comment ai-je pu oublier ça ! Je te convaincs que cela ne pourra que te faire du bien et tu acceptes ! Nous remontons continuer à refaire le monde ensemble à la maison, nous déjeunons et nous voilà partis pour le Moon City, cet endroit idyllique que j’ai envie de vous faire découvrir !     

 

Nous passons d’une installation à une autre … et profitons du bon SPA pour nous rapprocher … Peut-être pour écouter nos désirs … Ils sont identiques ! C’est évident, aussi évident qu’avait été pour moi notre première rencontre dans le réel ! Si j’avais à franchir le pas et vivre de façon épanouissante une bisexualité, cela ne pouvait être qu’avec toi, si différente de moi et pourtant si ressemblante à la fois par certains points cruciaux !

 

Nos pas nous entraînent tout naturellement dans les coins dits «  détente ». Le regard des autres ne m’a que rarement gênée  … mais là, je ne voulais pas être vue par d’autres yeux que les vôtres ! De façon intuitive, je savais  que ce que nous allions vivre allait être exceptionnel, et je ne voulais AB SO LU MENT pas le partager avec des regards indiscrets et curieux, qui n’auraient certainement pas su apprécier le spectacle qui allait suivre à sa juste valeur.
 

Nos bouches savent rapidement trouver les enchaînements pour se rapprocher, pour s’unir dans un ballet improvisé. Ce baiser est sensuel … doux … empli de tendresse et de respect réciproque. Tu me susurres à l’oreille avoir envie de me donner du plaisir. Consciente que ce midi je me suis dangereusement mise à nu devant vous, je te réponds que je n’ai pas envie de ne faire que recevoir et souhaite aussi donner, autant que cela peut se faire, de moi, de mon être, de mon âme en somme ! Tu soupires de contentement. Je te demande de ne pas faire ce que tu pourrais regretter le lendemain, de ne pas te forcer et d’arrêter mes gestes qui se pourraient être maladroits et inexpérimentés.

 

Nos bouches découvrent les saveurs de nos peaux, les apprivoisent lentement, progressivement et dans ce même rythme, tu m’allonges sur le dos. Nos partenaires, avec un respect rarement vu, hélas, dans ces cas-là, se tiennent à l’écart et nous encouragent du bout des lèvres à n’écouter que nos désirs, à jouir pleinement l’une de l’autre. Ces stimulus extérieurs ne viennent absolument pas gâcher ce que je suis en train de vivre avec toi, tant dans cette pièce tout à coup l’Harmonie, la Symbiose règnent ! Tu découvres les confins de mon corps de ta bouche, et naturellement celle-ci va explorer mon sexe … Je n’entends plus rien  … que nos respirations haletantes !  Je ne vois plus rien … que ta tête entre mes jambes encouragée par mes mains !

 

Je ne sens plus rien … que tes doux coups de langue et mon sexe qui s‘ouvre à toi ! Le plaisir est intense ! Je t’encourage ! Je te supplie même de continuer ! Tes doigts m’explorent, me fouillent, mais avec une infinie douceur, avec un respect sans nom ! Nos regards ne cessent de se croiser, et je te souris, reconnaissante, demandeuse, charmée ! Tu as des mots alors qui me font fondre d’émotion comme neige au soleil … tout simplement parce qu’ils viennent de toi ! Parce que d’un homme, je ne les aurais pris pour argent comptant ( vous m‘avez tellement montré Messieurs que tout se dit pour obtenir les faveurs d’une femme convoitée !). Je suis conquise, tu n’as donc aucune raison de ne pas être sincère :

 

«  Qu’est-ce que tu es belle !
- Je ne le serais jamais autant que toi !

- Qu’est-ce que j’aime ton parfum … J’adore te goûter ! 

- Moi aussi je désire te goûter ! Tu veux bien dis ? ! ».

 

Je ne souhaite absolument pas troubler cet équilibre que nous avons instauré et n’aurais pas assouvi mon désir si tel n’avait été ton souhait.

 

Tu t’allonges sur le dos, et je viens plaquer mon ventre sur le tien !   

- Tes mains guideront mes caresses si cela ne te va pas ! Si tu sens un quelconque malaise, dis-le moi ! Ne te force pas ! …

 

Je ne sais encore combien de précautions j’ai pu prendre avant de m’enhardir vers ton entrejambe qui m’appelle ! Mais je désire tellement que ce moment reste un excellent souvenir pour nous deux que je préfère avant tout te mettre à l’aise ! Nous sommes si proches depuis plusieurs mois déjà, que je me refuse d’instaurer avec toi une relation basée sur le mensonge, la simulation, ou autres sentiments détestables qui ont pu jalonner nos chemins respectifs !   

 

- J’accepte tout de toi ma Stéphie …

 

C’était les mots starters  … Je transforme mes lèvres en pinceau pour redessiner les contours de ton corps que je trouve si parfait, si beau, si …

 

NON !

 

C’est idiot et stupide de ma part ! Je n’arriverais pas à trouver le mot juste parce qu’il n’existe pas ! Parce qu’à la création du dictionnaire, tu n’étais pas née … et donc il manque inévitablement un mot !
- Tu es un bijou ! De l’or ! Ma Lore !

 

Après avoir refait l’ovale de ton visage, la fermeté de ton buste, la douceur de tes jambes, je m’attaque à ton sexe, avec lenteur, avec toute la douceur que dame Nature a pu me pourvoir ! Surtout ne pas te brusquer ! Je prends autant de plaisir dans cet acte, voire plus encore, que dans celui de recevoir ! Je redécouvre, et ce grâce à toi, le plaisir de donner ! Et je ne me lasse de te goûter, de te dilater sous mes doigts sans jamais perdre contact avec ton regard ! Je souhaite y lire le plaisir reçu ! Tu es si belle ma Lore quand tu es si proche du précipice, prête à tomber … C’en est troublant pour moi !

 

Tu lances les invitations et nos partenaires se rapprochent. Nous nous occupons chacune du nôtre … Quand le tien te fait sienne, tu me demandes de m’offrir à nouveau à ta bouche. Et là, j’ai joui ! Fortement … Si fortement que j’ai l’impression que cela remonte à bien longtemps que je n’ai joui de la sorte ! Que ça vient de loin, très très loin ! Que je me demande presque si je n’ai même jamais joui de la sorte !

 

Repues, comblées, nous parlons tous les quatre ! Nous revivons ce que nous avons vécu, mais  en paroles cette fois-ci ! Et là, l’inattendu : je me mets à pleurer de Bonheur ! C’est idiot, c’est même peut-être bête et puéril, mais les dégâts récemment commis m’ont marquée à vie et je ne pensais plus pouvoir donner, me donner, aussi entièrement, et ce, à personne !

 

Grâce à toi ma Lore, je sais désormais que je peux à nouveau aimer, être aimée ! Différemment, mais aimer et donner !

 

Ce n’était pas la rencontre entre deux personnes ! Non ! Mais bel et bien la rencontre entre deux âmes ! Ce qui en fait une rencontre hors norme, un ballet érotique d’une qualité rare pour nos deux  spectateurs !

 

Je n’aurais qu’un seul regret : ne pas avoir eu les capacités à m’extraire de mon corps pour nous admirer ! 

 

Avec toute ma tendresse ma Lore !

 


Proposé par Stéphie