Newsletter
Inscription à la newsletter
Newsletter

Installez le plugin Flash9 pour voir l'animation

sextoys

Jeux pour adulte

Art érotique

  Inscrivez vous à notre flux RSS







Banniere 468x60Découvrez notre partenaireBanniere 468x60
Blog Galeries des artistes » L'inconnu
10.03.2008 19:30:36
L'inconnu

L'inconnu 

 

Ce soir-là, notre seul contact charnel était celui de ses doigts sur la paume de ma main.
Nous étions à une soirée organisée par une vague amie dont cet inconnu avait probablement été l'amant. Il était grand aux épaules larges et un sourire errait en permanence sur ses lèvres. S'amusait-il, se moquait-il, je l'ignore. Son expression était indéchiffrable.

 

Lorsque, bousculés par des couples qui dansaient, nous nous sommes retrouvés près d'une tenture lourde, il a pris ma main et l'a massée. Son pouce semblait vouloir creuser ma paume, il suivait le contour de ma ligne de chance, et je me demandais si c'était ou non la mienne. Et puis qu'importe ? C'était une sensation délicieuse d'apaisement et de soumission mêlés à une douce sensualité.

 

Il opérait sans un mot, sans me regarder même, semblant observer les couples enlassés, les slows lassifs dûs à l'ébriété plus qu'à l'attrait mutuel de ces corps.

 

Un importun surgit et vint briser cet instant béni. Mon inconnu me lâcha, serra sa main et s'enferma dans une conversation où j'étais exclue. Je m'éclipsai. Je ne cherchai pas à connaître l'identité de cet homme. A quoi bon ? Nous n'avions pas échangé une parole.

Ce n'est que deux semaines plus tard qu'il refit son apparition, égal à lui-même, avec ce sourire imperturbable. Il m'ouvrit la porte du magasin où j'allai enter. Ma surprise accentua son sourire, il me proposa un café.
Il faisait bon, mes doigts enserraient une tasse encore fumante, l'auriculaire jouait avec l'anse délicate.

 

Il me regardait fixement, mon trouble s'accentua et rosit mes joues. Il me dit "venez", prit ma main et je me laissais aller.

 

Quelques rues plus loin, quelques escaliers plus haut, j'étais chez lui ou du moins dans ce que je croyais être chez lui. Comme lors de la soirée où je l'avais rencontré, il me massa une main, tandis que l'autre s'affairait à ôter un à un les boutons de mon corsage.

Ce fut un moment de douceur et de bien-être. Je sentais dans mon corps un fourmillement qui se propageait et m'enveloppait toute entière. Toujours, une main me massait et je la suivais du regard, comme hypnotisée. Son ventre écrasait mon ventre. Sa chair était tendre et chaude.

 

Chaque mouvement de son sexe en moi comblait ma béance, mon besoin de plénitude, comme si mon corps avide avait besoin d'être rassasié de lui. Le soir nous trouva repus, enlassés, paresseux et heureux de cette paresse.

Mon inconnu le resta. Je ne cherchai jamais à le revoir et ne l'ai jamais revu. Je laisse simplement flotter un sourire quand je repense à lui.


Proposé par Steph