Newsletter
Inscription à la newsletter
Newsletter

Installez le plugin Flash9 pour voir l'animation

sextoys

Jeux pour adulte

Art érotique

  Inscrivez vous à notre flux RSS







Banniere 468x60Découvrez notre partenaireBanniere 468x60
Blog Galeries des artistes » La machine
25.03.2008 15:53:18
La machine

La machine

 

La machine trônait au centre de la pièce, comme attendant  le souffle de la vie. Que de chemin parcouru depuis ce jour ou Shaolynne  avait eu l’idée de la concevoir. Que de difficultés affrontées pour trouver la personne capable de fabriquer sa création. La perle rare, le Commandatore, habitait Venise et concrétisait les plus folles idées créatrices de ses clients.  Elle se souvenait encore du petit croquis explicatif numéroté « a »qu’elle lui fit parvenir, décrivant un détail particulier de la machine, qu’elle avait appelé « axe à mouvement inertiel » et du petit texte qui suivait :
 « Ce reposoir central, ajustable également en hauteur, devra recevoir l'offrande de la partie abdominale de Shaolynne, celle-ci sera ensuite attachée sur le système par des sangles de cuir.

 

  L'axe de la table principal doit tourner dans un silence parfait, une simple poussée devant permettre une rotation facile, dans une stabilité totale. Un autre dessin montrait des éléments rajoutés au premier, numérotés « b ». Un plateau rond semblable à une table, sera assemblé sur l'axe principal, la hauteur par rapport au sol de celui-ci étant réglable. Une sorte de long banc allongé prenait place au centre de cette table de manière à pouvoir être allongé dessus »

 

  Cette description très technique des choses laissait libre cours à son imagination, faisant naître en elle des images à chacune de ses descriptions. Des liens en cuir permettraient de la fixer solidement sur cette sorte de table du plaisir par l'intermédiaire d'un corset en cuir faisant partie du banc. Il était aussi mentionné que le revêtement sur lequel elle poserait ses seins et son ventre serait composé de matière noble et unique, en aucun cas corrompu.  Le revêtement prévu pour recevoir menton, bras et poignets était fait d'une matière n’occasionnant ni gêne, ni irritation. Shaolynne souriait, cette mention lui faisait penser à ces avertissements souvent portés sur certains articles de consommation courante.

 

Il lui revint à l’esprit le paragraphe « mécanisme et finalité » concernant la machine. Un dessin montrait alors la table dans sa totalité, possédant son corps superbe, à moins que cela ne fût l'inverse…

 

   Au chapitre « mécanique » était écrit :
« Un cadran sera parcouru par une aiguille au rythme de la rotation de la table, il sera relié au système par une vis sans fin et reposera sur un accessoire prévu à cet effet « m » ou sera fixé au mur jusqu'à une distance de 4 mètres. L'aiguille, en cuivre ouvragé, parcourra 12 zones sur lesquelles figurent des données de temps différentes allant de 5 à 30 minutes. Dans une grande coupe de cristal, une « assistante de jeu » tirera au hasard une carte, sur celle-ci sera inscrite une épreuve particulière à laquelle la « participante » sera soumise (fellation, sodomie, pénétration, etc.). La durée de l'épreuve sera indiquée par l'aiguille du cadran. « L'assistante de jeu » veillera au bon respect du temps indiqué il lui sera également possible d'intervenir dans le but du bon déroulement des épreuves. La propulsion du plateau sera entièrement assurée par un des intervenants placés autour de la machine. Il est possible de mettre en situation de 4 à 8 personnes de manière confortable… »

 

  « L'homme se trouvant face à la croupe de la personne immobilisée  aura l'initiative de la rotation ainsi que le sens de celle-ci. La table tournera à la façon de ces roues de fêtes foraines. Ce seront les sexes dressés qui en ralentiront sa course par le biais de leurs frottements sur le visage et les fesses du corps attaché sur le banc. A l'arrêt de la machine, une fois la carte tirée et le temps fixé par le hasard, le gage sera exécuté par celui ou ceux en meilleure position de le faire, avec au besoin l'arbitrage de « l'assistante de jeu ». Les épreuves peuvent être décidées d'un commun accord avant le début de la partie, mais une seule et simple règle est facilement applicable : le respect de chacun sera le bonheur de tous… »

 

  Shaolynne avait un mal fou à juguler toutes les visions délirantes que lui avait procuré l’élaboration de ce mécanisme complexe. Mais cette fois la machine était là, devant elle, chez elle, ne demandant qu’à s’animer de la vie qu’elle avait maintes fois rêvée.

 

  Plongée dans sa contemplation elle n'entendit pas venir Ty, toujours aussi belle, toujours si terriblement asiatique. Prête à entrer dans le rôle de la parfaite « assistante de jeu ». Elle dit les yeux plein de malice, en s’adressant à son amie :
- N’oublie pas chérie, l'assistante de jeu ne se trompe jamais… L’heure des réjouissances était enfin arrivée, Ty allait s’occuper de tout. Shaolynne se débarrassa de  son soutien-gorge qui rejoignit sur le  sol son corsage de soie rouge. Ty lui fit glisser sa culotte encore toute empreinte de sa douce chaleur, tout en parcourant du bout de sa langue chaude le corps qu'elle dénudait…

 

  Elle continua à couvrir Shaolynne de caresses, lui laissant ses bas, ses porte-jarretelles et ses talons vertigineusement hauts. Puis, elle la guida vers la machine, la fit s'allonger sur le banc, Shaolynne se souvint de la phrase : « le revêtement sur lequel elle poserait ses seins et son ventre serait composé de matière noble et unique, en aucun cas corrompu… ».

 

  Elle dut se rendre à l'évidence, ses seins et son ventre s'adaptaient si parfaitement au banc que cette machine avait été sans nul doute créée pour elle, une bouffée de chaleur l'envahit immédiatement. Déjà Ty lui prit les poignets et les attacha délicatement avec les sangles de cuir prévues à cet effet. Lorsque les jambes furent liées à leur tour, Shaolynne et la machine ne firent qu'un.

 

  A ce moment là, l'asiatique ouvrit une porte, 6 hommes entrèrent dans la pièce, ils avaient étés triés avec des critères très précis correspondant exactement au goût de Shaolynne. Ils prirent place autour de la table, silencieusement. Le jeu pouvait commencer. Elle sentit une main sur sa fesse et la roue prendre son élan. Les gages succédèrent aux autres gages… Les plaisirs aux plaisirs… Ty était parfaite ! Quelquefois ses mains s'attardaient sur le corps de son amante, jamais sur celui d'un homme. La jouissance de Shaolynne était si forte qu'elle se laissa aspirer corps et âme dans ce tourbillon charnel, ce soir elle était la machine, et la machine aimait ça…

 


Proposé par shaolynne