Newsletter
Inscription à la newsletter
Newsletter

Installez le plugin Flash9 pour voir l'animation

sextoys

Jeux pour adulte

Art érotique

  Inscrivez vous à notre flux RSS







Banniere 468x60Découvrez notre partenaireBanniere 468x60
Blog Galeries des artistes » Le masque
26.03.2008 15:28:58
Le masque

Le masque

 

Je ne sais si je peux vous conter cette aventure... est-ce que tout ceci est le fruit de mon imagination ou la réalité ? Je m'interroge encore...

 

Il y a quelques temps déjà, une amie m'avait conviée à une soirée masquée. La connaissant, je savais pertinemment à quoi m'attendre et je ne me faisais aucune illusion sur la fin orgiaque de ce rendez-vous libertin. Ma principale certitude demeurait par ailleurs dans la présence de plusieurs habitués dont les talents et qualités dans la matière me permettaient de passer des soirées inoubliables.

 

En quête de ma tenue, je m'étais arrêtée sur une tenue de diablesse, sexy en diable ! Trouver une cape en moire rouge, une guêpière de cuir noir, des bas et des bottillons aux talons acérés ne m'avait pas posé de problème particulier, mais trouver un masque qui me plaise c'était une autre affaire !
Après une recherche infructueuse dans des magasins spécialisés, et lasse de ne pas trouver un masque à mon goût, je décidais dès lors de rentrer bredouille, et il ne me restait plus qu'une journée avant cette soirée libertine.

Sortant d'une de ces enseignes bariolées, je hèle un taxi qui passe au même instant. Rentrer avec tous ces paquets par le bus ou le métro, je n'y pense alors même pas ! Une fois installée, le taxi s'élance dans les rues qui commencent à clore leurs boutiques. Le chauffeur me dévisage dans son rétroviseur et il semble avoir reconnu l'adresse coquine d'un des sacs qui contient ma lingerie fine. Goguenard, celui-ci me lance : "Journée "shopping" aujourd'hui ?". En réponse à sa boutade, je lui lance une moue, puis un sourire figé qui le laisse perplexe. Ses yeux se posent alors sur mes jambes puis remontent sur le décolleté de ma fine robe d'été. Je rougis, mais ne voulant pas passer pour une sauvage, je lui explique brièvement que je suis en quête d'un déguisement (sans préciser le côté libertin de celui-ci), ainsi que ma déception concernant ma quête d'un masque adéquate.

Je le vois alors réfléchir un instant et me propose une dernière adresse qui pourrait posséder ce que je recherche. Ravie, je lui demande immédiatement d'y aller…et avec un peu de chance, cette enseigne sera peut-être encore ouverte à cette heure. Le chauffeur de taxi fonce jusqu'à l'édifice, qui ne semble pas encore clos…mais s'avère ressembler plus à une enseigne lugubre et indéfinissable qu'à un magasin de farces et attrape. Peu rassurée, je demande au chauffeur de m'attendre jusqu'à ma sortie.

En ouvrant la porte grinçante de ce lieu, j'entre dans un lieu consacré aux déguisements fantastiques et aux créatures maléfiques, et amusée, je découvre finalement que cette boutique cache très bien son jeu. Subjuguée par tout ce que mes yeux rencontrent, je m'aperçois tout à coup que le propriétaire de cet endroit m'observe depuis son comptoir. Confuse, et ne manquant pas aux règles les plus simples de la politesse, je lui demande si dans cet étal, il n'a pas un masque seyant à une diablesse. A peine ais-je formulé ma demande, que cet homme, plutôt charmeur, s'approche de moi sous prétexte de mieux voir la forme de mon visage…mais troublée, je sens qu'il me frôle de ses mains de façon moins innocente. Sentant mon trouble, il se retourne et ouvre alors un immense tiroir où ne se trouve qu'un seul masque, qu'il me tend alors en m'assurant que celui-ci devrait me convenir. En cuir fin, féminin et étiré vers les tempes, je sais que c'est tout à fait ce que je recherche. Comblée, je règle l'objet de mes désirs et sors rejoindre mon taxi. Le chauffeur semble satisfait de me voir monter avec mon achat. Reconnaissante, je le remercie de nouveau une fois en bas de chez moi, avec un pourboire récompensant ses précieux services.

Me voilà devant ma glace, déguisée et amusée de me voir si provocante et diabolique. C'est sûr, demain je serai irrésistible ! M'observant sous toutes les coutures, je constate qu'il manque quelque chose à ma tenue…mon masque ! Je constate en le plaçant sur mon visage, que le cuir est chaud, comme s'il venait juste d'être porté…
Je suis encore plus étonnée, une fois le lien de ce masque noué, de constater qu'une chaleur douce semble irradier du masque pour petit à petit envahir mon visage, et se diffuser le long de mon corps.

Cette chaleur surnaturelle provoque en moi un trouble que je ne peux réprimer. Mon esprit divague alors vers des pensées sans équivoques, et me viennent alors à l'esprit les circonstances de l'achat de ce curieux accessoire… à cet instant, je m'imagine de nouveau près du vendeur du masque, et j'aimerais être près de lui…pour sentir ses mains le long de ma gorge…les sentir frôler mes seins, s'évader vers mes hanches, le bas de mes reins et finir leur périple vers le bas de mon ventre. Mes pensées à elles seules ne peuvent me rassasier et ce sont mes propres mains qui prennent le relais de mon imaginaire.

Me voir dans la glace me caresser provoque en moi un plaisir encore plus grand et il m'est facile d'imaginer mes mains appartenir à cet amant imaginaire. Sous ma guêpière, je sens mes seins pointer à travers le cuir. Mes mains soulagent alors la chaleur de ma poitrine en se glissant sous la lingerie pour les caresser à même la peau. Cependant, très vite, l'appel de mon sexe est plus fort et je me sens obligée de laisser mes mains descendre plus bas afin de satisfaire mon impérieuse envie. Une fois allongée, mes mains écartent le cuir fin de mon string, et je sens au bout de mes doigts l'humidité au cœur de ma faille. Je recueille le doux nectar afin de m'occuper dignement de mon bourgeon assoiffé, qui réclame d'être enfin soulagé. Mes doigts butinent alors ce bourgeon, qui ondule sous mes douces tortures. Pantelante, l'image que me renvoie mon miroir est d'une incroyable perversité : une diablesse terrassée par des mains dont elle n'a plus le contrôle…cette vision n'en est que plus excitante. Contractée par l'accélération du rythme de mes flatteries, la cime de mon sexe devient de plus en plus gonflée et tendue, la chaleur m'envahissant alors, devenant incontrôlable et irrémédiable, me poussant vers l'ultime.

La jouissance me cloue au sol et les vagues du plaisir m'assaillent, me submergent et me noient, provocant dans ma gorge des râles violents, inattendus. Mon dernier regard vers mon reflet me pousse à retirer ce masque aux pouvoirs inattendus. Je me suis assoupie, je ne sais combien de temps, et à mon réveil, je n'ai pu m'empêcher d'être satisfaite de mon achat. Qu'allait provoquer le lendemain soir le port de mon masque ?

 

Jill : imajill@hotmail.com


Proposé par Jill