Newsletter
Inscription à la newsletter
Newsletter

Installez le plugin Flash9 pour voir l'animation

sextoys

Jeux pour adulte

Art érotique

  Inscrivez vous à notre flux RSS







Banniere 468x60Découvrez notre partenaireBanniere 468x60
Blog Galeries des artistes » Sexo dico » Vous avez dit « tabou » ?
18.08.2010 14:37:12

- Vous avez dit « tabou » ?


« Pour en finir avec ce tabou ».

Devant cette expression je suis restée songeuse. Quels tabous existe-t-il, que place-t-on sous ce mot ? Peut-on en finir avec « un tabou » ?


Quand je consulte le Dictionnaire érotique de Pierre Guiraud, le terme « tabou » est présent sous l'entrée « tabous sexuels » :

« Les tabous sexuels sont fort nombreux ; longtemps l'homosexualité, la masturbation et surtout la contraception ont été des sujets interdits. » Citation faite du Dictionnaire de la Sexualité du Dr Georges Valensin, éd. La table ronde, 1967.

Ce qui me frappe dans cette citation, c'est l'usage des temps et modes verbaux. Ils « sont », permanence du présent. « Ils ont été », passé enterré, révolu, c'est terminé. Le tabou navigue ainsi entre sa finitude et sa permanence. Il y a eu des tabous et n'y en a plus sur..., il y en a encore sur... Le tabou entre dans une ronde et parfois s'en détache tandis qu'un autre entre dans cette ronde, tandis que d'autres y perdurent. Et encore faut-il voir qu'il peut exister des tabous communs à une société donnée tout comme il peut exister des tabous propres à des individus. Tabou est à la fois nom et adjectif que l'on accorde ou pas. La variabilité et l'invariabilité, caractéristiques du tabou lui-même...

 

Le tabou, selon le dictionnaire Petit Robert est tout d'abord, étymologiquement, ce qui est interdit et sacré. Le mot est originaire du polynésien et apparaît dans un récit de voyage de James Cook. La Polynésie pare pour moi le mot tabou des couleurs de Gauguin alors que je goûte déjà le mot comme un fruit savoureux parce qu'exotique. Arbre à pain, pomme cythère et tabou... Seulement, il est celui que l'on ne goûte pas, l'interdit. Le cadre est le jardin d'Eden, le tabou est le fruit défendu.

 

 

 

Gauguin - Joyeusetés

 

 


Tabou est d'abord un « système d'interdictions de caractère religieux ». On ne joue pas avec des tabous ou planent de mystérieuses vengeances ou malédictions, telles qu'elles apparaissent si on lit le récit des mésaventures survenues lors du tournage du film Tabou de Murau.


Au sens figuré, d'usage courant, le tabou est « ce sur quoi on fait silence, par crainte, pudeur. » [Définitions du centre nationale de ressources textuelles et lexicales pour davantage de détails] L'exemple fourni par le Petit Robert est « sujets tabous ». Et des sujets tabous, il en est, surtout en matière de sexualité puisque l'on attache souvent les deux termes sous un même joug. La citation de Simone de Beauvoir qui conclut l'article consacré à ce mot est ainsi : « Les choses de la chair restaient taboues pour moi. » Comment dire mieux que « choses de la chair », cette périphrase qui ne dit pas les mots, qui les cachent, les « tabouïsent » ?

 

 

taboo

 


Tabou, c'est ne pas dire. Un jeu existe ainsi, sous l'orthographe taboo, prenant pour règle la défense de dire certains mots. Une maison d'édition existe ainsi, prenant le contre-pied de ce qu'elle énonce : disant ce qui ne se dit pas, abordant des sexualités moins conventionnelles, prenant des chemins de traverse dans ses ouvrages.


C'est ainsi un paradoxe du terme. Dans le jeu cité, celui qui dit un des mots tabou perd mais fait gagner autrui, et de fait les adversaires ne peuvent qu'encourager à prononcer le mot tabou. Un livre qui raconte un sujet tabou détruit par là-même le non-dit. Et est-ce que l'on n'évoque pas justement davantage ce qui est tabou, attirés que nous sommes par l'interdit ou tout simplement la fragrance du péché, du soufre, du je-suis-décomplexé-pas-comme-mes-semblables ? Ne croit-on pas à tort qu'il existe certains tabous, juste pour avoir plaisir à les évoquer ?


Dans son Histoire de la sexualité 1 – La volonté de savoir, Michel Foucault explique magistralement que l'on croit à tort que l'on réprime l'expression de la sexualité. Au contraire, on l'encourage. Mais c'est par cet encouragement à dire que le contrôle s'exerce...


J'ai finalement envie de conclure par une note légère. Si l'on disait moins que les choses sont taboues, peut-être celles-ci le seraient-elles moins ? Et les mots tabous subiraient le sort que leur donne La Ruekétanou dans la chanson Les mots :


Des mots de passe, pour les méfiants
Et des mots clés pour les prisonniers
Des mots pour rire, pour les enfants
Des mots tabous, pour l' taboulé !



Publié par steph
Ecrire un commentaire


If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.
 
Commentaires#4 Posté le 28.06.2012 08:01:29 par (2 posts)

UBABeOMSPwLGqyk

KEvLBT , [url=http://dvakchxgdnuu.com/]dvakchxgdnuu[/url], [link=http://nimjjwcctian.com/]nimjjwcctian[/link], http://bbewozfqdkqk.com/

Commentaires#3 Posté le 25.06.2012 21:46:01 par (2 posts)

VGyMuShTRNbXnHhbjy

L'ambivalence affective sngiifie surtout : coexistence de sentiments contraires.On n'en veut pas e0 l'autre de ce que la fusion est impossible, on lui en veut d'eatre double selon notre point de vue.