Newsletter
Inscription à la newsletter
Newsletter

Installez le plugin Flash9 pour voir l'animation

sextoys

Jeux pour adulte

Art érotique

  Inscrivez vous à notre flux RSS







Banniere 468x60Découvrez notre partenaireBanniere 468x60
Blog Galeries des artistes » Duplicate of Eva, patronne de club, le Darjeeling
Récits érotiques

Eva, patronne du Darjeeling

 

Pour ce portrait d'octobre, nous avons rencontré Eva qui, depuis plus de 6 ans, dirige avec Michel le club libertin le Darjeeling situé en Avignon. Rendez-vous incontournable pour les libertins du département du Vaucluse et de toute la région Paca, le Darjeeling se veut avant tout être un club « intimiste » et chaleureux. Eva a su créer une ambiance conviviale douce et feutrée dans laquelle chacun peut venir y vivre ses fantasmes en toute liberté.

 

Neoplaisir : Comment pourrais-tu définir le Darjeeling en quelques mots ?

Eva : Ca sera très simple : respect, hygiène, convivialité, plaisir et liberté. Pour moi, ce sont des règles incontournables pour diriger un club libertin et le Darjeeling a été conçu dans ce sens. J’ai voulu que les gens qui viennent ici se sentent très à l’aise pour vivre leurs désirs, faire la fête, s’amuser, le tout dans une structure où l’hygiène est irréprochable, ce qui pour moi a toujours été essentiel.

Comment es-tu devenue patronne d’un club libertin ?

J’ai toujours travaillé dans le monde de la nuit. Avec Michel, j’ai tenu plusieurs discothèques et nous avons dirigé un cabaret. Nous côtoyions de nombreux libertins

 et ce sont eux qui, à plusieurs reprises, nous parlaient de cette idée de nous lancer à notre tour dans ce type d’activité. Un jour, nous avons eu un coup de cœur sur un lieu qui était disponible. Quelques mois plus tard, on y inauguré le Darjeeling.

Tu étais également libertine ?

On n’employait pas ce mot mais dans le monde de la nuit, les rencontres sont faciles, les mœurs restent assez ouverts et les expériences se vivent très naturellement. Je suis très ouverte d’esprit et j’ai donc eu des aventures qui sortaient un peu de la norme. En fait, on était des libertins sans le savoir. Du coup, ouvrir un club ne nous a posé aucun problème, bien au contraire.

Depuis 6 ans que tu tiens le Darjeeling, les choses ont-elles beaucoup changé ?

Oui, énormément. Le milieu libertin est un milieu qui ne cesse d’évoluer. Aujourd’hui,  nous accueillons beaucoup de couples de débutants. Il peut s’agir de couples très jeunes, entre 20 et 25 ans ou alors de couples plus âgés, qui ont dépassé la quarantaine, et qui cherchent un peu de diversité dans leurs relations.

La motivation de ces couples ?

Elle est différente. Pour les couples de la quarantaine, c’est l’envie de vivre de nouvelles expériences. Les enfants ont quitté la maison, ils se retrouvent à deux et décident de pimenter un peu leurs ébats pour dynamiser de nouveau leur vie intime. Ils y vont progressivement, commence par du mélangisme, du côte-à-cotisme puis, si cela leur convient, vont un peu plus loin mais sans brusquer les choses.

Et pour les plus jeunes ?

Là, c’est très différent. La clientèle de jeunes couples a explosé en quelques années. Ils veulent du sexe. Ils viennent ici pour consommer du sexe. Ils ont eu sexualité  décomplexée et sans tabou. Quand ils arrivent au Darjeeling, ils savent ce qu’ils veulent et brûlent très vite les étapes.

Quel type de pratiques sexuelles recherchent-ils ?

Une grosse majorité de ces jeunes couples viennent ici à la recherche de femmes bi. Les filles veulent être initiées à la bisexualité et ces jeunes couples se retrouvent très vite dans des relations échangistes à deux ou plusieurs couples. Ils sortent souvent et veulent multiplier les rencontres et les expériences.

En dehors des jeunes couples, les pratiques sexuelles ont-elles aussi évolué dans les clubs ?

Effectivement. Il y a quelques années, la recherche se faisait plutôt autour du triolisme, que ce soit deux hommes pour une femme ou deux femmes pour un homme et autour des rencontres à quatre ou cinq personnes. Aujourd’hui, la pluralité masculine et le gang bang sont des pratiques qui ont beaucoup de succès. Nous consacrons d’ailleurs nos jeudi après-midi à ces types de rencontres et cela marche très fort. Tout le monde se mélange est nous proposons plusieurs pièce ouverte en open space pour nos clients.

D’autres pratiques ?

Oui, on remarque une attirance de plus en plus marquée vers les plaisirs SM et fétichistes. Cela reste assez soft tout de même. Des jeux avec des menottes, des petits martinets, des bandeaux sur les yeux. Ce qui nous a conduit à équipé notre club d’un donjon très luxueux. 

Et les femmes seules ?

Elles aussi sont de plus en plus nombreuses. Des femmes célibataires, divorcées, parfois mariées. Elles sont jeunes ou moins jeunes et ont compris que dans un club libertin, elles seront entièrement respectées. Chez nous la femme est reine. Elles ne seront donc pas ennuyées ni pressées et pourront vivre leurs désirs comme elles le souhaiteront. Elles viennent chercher un homme, une femme, une expérience à plusieurs…. Ou tout simplement passer un moment et discuter autour d’un verre.

La bisexualité masculine ?

On en parle de plus en plus. Je crois que le tabou est tombé dans les milieux libertins. J’ai des clients qui viennent ici justement parce qu’ils sont bi et ils arrivent facilement à trouver leur bonheur.

Les infos utiles

Le Darjeeling, 24 chemin de l’ïle Piot 84000 Avignon. Tél. : 04 90 25 99 32 – 06 20 37 60 45. http://www.ledarjeeling.com

Aucune Ressource trouvée.